Manger ses émotions

0 commentaires

Avez-vous déjà entendu parler de l’alimentation émotionnelle? Manger pour s’apaiser ou se réconforter.

Quels émotions vous amène à manger sans faim?

Pour soulager la détresse émotionnelle, les émotions négatives et intolérables, nous avons tendance à manger.

C’est ce que l’on appelle l’alimentation émotionnelle.

Certaines personnes appellent cette petite voix intérieure qui les poussent à se remplir  : « le détracteur ».

Pourquoi mangeons-nous ?

Parce que nous avons faim !
Mais il nous arrive aussi de manger, alors même que nous ne ressentons pas la faim.

Selon le Dr Gerard Apfeldorfer (spécialiste du comportement alimentaire), il y a deux types d’envie de manger:
1- par faim: pour répondre à un besoin physique.

Nous consommons des aliments parce qu’ils fournissent l’énergie qui permet à notre corps de demeurer en vie. En plus de donner de l’énergie, les aliments apportent également tous les éléments nutritifs nécessaires au bon fonctionnement de notre corps.

2- pour calmer des émotions ou des pensées pénibles.

Qu’est-ce qu’une émotion ?
Le mot émotion vient du latin emovere : movere en mouvement précédé de e- hors de, vers l’extérieur,
une émotion c’est donc ce qui nous met en mouvement.
Une émotion se définit aussi comme une réaction psychologique et physique à une situation. Elle a d’abord une manifestation interne et génère une réaction extérieure.

Pour illustrer ces deux définitions, un exemple concret:
Lorsque nous nous sentons heureux, nous portons un large sourire sur notre visage.
Lorsque nous nous sentons triste, il arrive que nous pleurions.

L’émotion est quelque chose que l’on ressent à l’intérieur de nous, tel un signal.
Cette sensation, cette réaction à l’intérieure de nous se voit de l’extérieur.

Que nous soyons heureux, joyeux, triste ou en colère, notre entourage s’en rend compte, et parfois malgré nous!

Notre entourage s’en rend compte parce que nous modifions certains de nos comportements lorsque nous vivons, ressentons une émotion.

Au travers de nos mimiques gestuelles, de nos rires, de nos cris, de nos pleurs à nos fuites, nos disputes, ect.. nos comportements traduisent une émotion.

Nous avons parfois tendance à étouffer nos émotions, plutôt qu’à les exprimer.
Parfois même nous ne les connaissons pas. Nous n’y prêtons pas attention.

Il arrive que certaines des émotions que nous vivons soient trop intenses, difficiles à vivre, à observer, à regarder, à accepter, à exprimer.
De manière inconsciente (sans nous en rendre compte), il nous arrive de manger pour calmer une émotion.

La nourriture devient un outil qui permet de calmer notre émotion. Dans la recherche de réconfort et de plaisir, la nourriture nous donne satisfaction, et encore plus le sucre.

Face à une émotion de tristesse, certains d’entre nous ressentiront le besoin de prendre l’air, de s’isoler, de sortir, de parler, de pleurer et d’autres de manger.
L’alimentation devient le moyen de se sentir mieux.

Il y a toutefois un piège. Une fois le plaisir fugace vient la culpabilité.
Cette petite voix intérieure nous rappelle notre échec, notre peur de grossir, notre culpabilité.

C’est cela le cercle vicieux de l’alimentation émotionnelle.

Les cercles vicieux émotionnels

Explication en schéma

La raison de cette pulsion alimentaire est étroitement liée à l’émotion négative qui nous envahie.
Finalement l’acte de manger est le moyen de parvenir à calmer cette émotion.
Une fois la tablette de chocolat terminée, la première émotion est apaisée, mais c’est la culpabilité qui entre en scène.
La culpabilité d’avoir craqué et d’avoir mangé sans faim. La culpabilité de ne pas savoir se contrôler…

C’est toute la puissance de ces cercles vicieux… et qui peuvent être sans fin.

Pour vous, comment ça se passe ?

S’il vous arrive d’utiliser la nourriture pour combler un besoin émotionnel de façon répétée ; prendre conscience de ce comportement est la première étape pour stopper ces cercles vicieux.

Simplement, au moment où cette envie irrépressible de manger vous prend, observez vous, observez vos comportements et vos pensées.

S’observer n’est pas forcément évident au début, mais plus cette impulsivité alimentaire est fréquente, et plus vous avez l’occasion de pratiquer l’observation, profitez en !

C’est UNE MISE EN ACTION.

Astuce :

Lors d’une envie irrépressible de manger, essayer de repérer :
1- ce qui se passe en vous: un signal de faim, le cœur lourd, l’estomac qui gargouille, l’estomac noué?
2- ce que vous ressentez: de la colère, de la tristesse, de la peur, de la joie?
3- ce que votre petite voix intérieure est en train de vous dire: j’ai craqué, je n’y arrive pas, je vais regrossir, j’ai bien le droit à une petite douceur, c’est l’heure du repas!?

Lorsque vous y pensez, vous pouvez l’écrire pour vous rendre compte de ce qui déclenche votre envie de manger:
est-ce la même chose qui revient à chaque fois? Y a t-il une émotion que vous voyez ou ressentez?

A vous de jouer!

Partager sur les réseaux sociaux

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.